Actualités

Ils étaient nombreux les salariés du site de Colomiers à venir rencontrer la dynamique équipe CFDT autour de Alya IASSAMEN, DSC Bull et Pierre JEAN, DS Atos. Sous le soleil toulousain cette journée placée sous le signe de l'échange et du partage était aompagnée d'un café et de croissants...

La campagne électorale bat son plein dans quelques unes des plus grandes entreprises de la branche en Midi-Pyrénées. Voter CFDT constitue donc un enjeu de taille.

Deux entreprises à compétence multinationales ont la volonté de faire évoluer leurs pratiques managériales. ACCENTURE et DELOITTE annoncent la suppression des entretiens annuels et la volonté de mettre en place un nouveau dispositif d’évaluation.  ACCENTURE annonce par la voix de son PDG, Pierre Nanterme, la fin de la tenue des entretiens  annuels pour les 330 000 salariés du groupe en 2016. DELOITTE France affirme la mise en place d’un nouveau programme d’évaluation qui ne repose pas sur un entretien annuel. Ces choix sont à suivre car ce sont des entreprises qui ont de l’influence sur les pratiques de management dans tous les pays où elles sont  implantées.

L’entretien annuel a souvent pour objectif d’évaluer le travail du salarié dans son poste au cours de l’année écoulée. C’est également l’outil le plus répandu pour aborder les mobilités professionnelles. A ACCENTURE France, tout dépendra des résultats des négociations avec les instances représentatives du personnel mais le projet « Performance Achievement » est lancé pour une évaluation plus courte, plus régulière et plus centrée sur l’individu.

L’accord Contrat de Génération Alten SA signé en septembre 2013 avait fixé des objectifs qui s’articulent autour de :

Alten
L’évaluation des résultats du déploiement des dispositions figurant dans l’accord Contrat de Génération Alten SA montre une carence d’atteinte des objectifs fixés. En effet :

Dans la branche ‘’Syntec’’ la modalité d’organisation du temps de travail en ‘’Réalisation de Mission’’ (modalité 2) s’applique aux salariés non concernés par la modalité standard (35h) ou la modalité en ‘’Autonomie complète’’ ; cette modalité comprend un forfait de 3h30’ au-delà des 35h hebdomadaires. Tous les cadres sont a priori concernés à condition que leur rémunération soit au moins égale au plafond de la sécurité sociale. Au fil des années l’indice (public) du plafond annuel de la sécurité sociale (PASS) a progressé plus vite que la progression de la rémunération des salariés d’où un décrochage apparu autour des années 2005/2006, suivant les sociétés. La Cour de Cassation a confirmé l’arrêt de la cour d’appel de Toulouse donnant raison à des salariés d’Altran en dessous du PASS et ayant réclamés le paiement des 3h30 au-delà de 35h comme des heures supplémentaires.